Sommaire

Le bardage en acier est un revêtement de façade constitué de plaques d’acier fines nervurées. De différentes longueurs et de faible largeur, elles sont fixées mécaniquement sur toutes sortes de supports, le plus souvent sur une ossature porteuse (profilés en acier, poutres en bois ou lamellé-collé, béton, etc.). Ils ont longtemps été destinés aux seuls bâtiments industriels et commerciaux, mais on les trouve de plus en plus souvent sur les façades des immeubles d’habitation ou des maisons individuelles. Faisons le point.

Bardage en acier : 2 montages possibles

Quel que soit le type de nervures, il y a toujours 2 montages visuellement différenciés, mais de résistance comparable.

Bardage vertical

Les plaques, disposées verticalement, sont vissées sur des lices horizontales. Le recouvrement vertical de la plaque supérieure sur la plaque inférieure assure l’étanchéité à l'eau de ruissellement. Le recouvrement latéral est orienté, de préférence, dans le sens des vents dominants.

Bardage horizontal

Les plaques, disposées horizontalement, sont vissées sur des montants verticaux. Le mode de recouvrement est similaire à celui du montage vertical.

 

Types de bardage en acier

Tous les bardages en acier sont réalisés en tôles qui font entre 50 et 100/100 mm d’épaisseur, galvanisées, laquées ou plastifiées.

La protection anticorrosion peut être agrémentée de différents décors (imitation bois, couleurs vives, teintes champêtres, etc.). Les nervures, aux profils et aux amplitudes extrêmement variés, sont réalisées par emboutissage à froid.

Les plaques de bardage sont caractérisées par les éléments suivants :

  • l’épaisseur (en mm) ;
  • la longueur (en mm) ;
  • la largeur utile (en mm) ;
  • le nombre de nervures ;
  • la hauteur des profils (en mm).

Les portées admissibles entre montants ou lices sont fonction :

  • de l’épaisseur de la tôle ;
  • de la hauteur et du nombre de nervures ;
  • de l’action prévisible du vent en pression et dépression ;
  • de la résistance des fixations.

Bardage simple peau

Comme son nom l’indique, ce bardage est constitué d’une seule épaisseur de plaques juxtaposées, faisant office de revêtement extérieur fini du bâtiment.

Principaux inconvénients  : manque total d’isolation thermique, risques de condensation.

Principaux avantages : montage rapide, prix minimum.

Bardage double peau

Ce bardage multicouche assure une isolation thermique et phonique proportionnelles à l’épaisseur et au coefficient de transmission thermique de l’isolant.

Il est constitué :

  • De plateaux intérieurs en tôle d’acier, empilés horizontalement et fixés contre les montants verticaux d’ossature. Ces éléments sont dotés d’une aile, dont la largeur conditionne l’épaisseur d’isolant.
  • D’un isolant thermique (laine de verre, laine de roche, polystyrène expansé, etc.).
  • De bardages en acier, fixés mécaniquement sur les retours d’ailes des plateaux intérieurs.

Principal avantage : isolation thermique et phonique.

Principal inconvénient : pose longue et coûteuse.

Bardage en acier par panneaux sandwichs

Le bardage par panneaux sandwichs est un bardage double peau dont les éléments sont assemblés en usine.

Il se présente sous la forme d’un panneau autoporteur rigide, constitué :

  • d’un bardage en acier extérieur, le plus souvent de 75/100 d’épaisseur ;
  • d’une isolation en mousse de polyuréthane ou laine de roche, collée sur chaque surface de contact avec le bardage (épaisseur entre 30 et 200 mm) ;
  • d’un bardage en acier intérieur, le plus souvent de 50/100 d’épaisseur.

Ces panneaux offrent de nombreux avantages :

  • excellente isolation thermique et phonique ;
  • réduction drastique des ponts thermiques ;
  • seul bardage en acier pouvant offrir des surfaces lisses ;
  • montage rapide ;
  • fixations invisibles ;
  • faible poids et bonne résistance mécanique.

Et un inconvénient : c’est le bardage en acier le plus cher.

Bardage en acier : une large palette de prix

Étant donné qu’il ne nécessite aucun travail de finition, le bardage en acier offre un prix de revient au mètre carré extrêmement compétitif.

Les prix sont variables selon l’épaisseur, le type de nervure, la protection anticorrosion, la présence ou non d’isolant et son épaisseur, la dimension des panneaux, la marque et le distributeur.

Prix moyens hors pose :

  • bardage simple peau : entre 6,00 et 20,00 € TTC (près de 30,00 € TTC pour certaines finitions imitation bois) ;
  • bardage double peau : entre 12,00 et 50,00 € TTC selon l’épaisseur d’isolant et le type de finition ;
  • bardage panneaux sandwichs : à partir de 15,00 € TTC pour un isolant 30 mm, et jusqu’à 80,00 € TTC (et plus !) pour un isolant 200 mm.

Pour en savoir plus :

  • Le bardage peut se décliner en multiples matériaux. Zoom sur le bardage en PVC.
  • Le bardage bois est de loin le bardage le plus répandu dans le revêtement des façades.
  • Le montage de l’ossature en bois est une étape très importante car, de la qualité de l’ossature dépendra directement le montage du bardage.
Lambris et bardage

Lambris et bardage : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour faire les bons choix
  • Des conseils sur l'achat, les techniques de pose et l'entretien
Télécharger Mon Guide

Ces pros peuvent vous aider